Ma vie à Barcelone : le bilan des six mois

Le 7 juillet dernier, j'arrivais à Barcelone pleine d'enthousiasme et d'entrain pour y construire ma nouvelle vie. 6 mois...


Le 7 juillet dernier, j'arrivais à Barcelone pleine d'enthousiasme et d'entrain pour y construire ma nouvelle vie. 6 mois plus tard, l'heure est bilan ! Entre ma nouvelle vie professionnelle, amoureuse, les attentats, la question indépendantiste, j'en ai des choses à vous écrire !


The last 7th of July, I arrived in Barcelona full of enthusiasm to build my new life. 6 months later, time has come to do a review of this new life of mine. In between my new professional and sentimental life, the terrorists attacks of the Ramblas and the Catalan independence, there are some stuff to write about !

Juillet - July




A peine arrivée, je dois emménager. Ma soeur a heureusement fait les visites (et essuyé de multiples refus) à ma place. Les papiers se font rapidement, monter les cinq étages avec toutes mes valises est une autre affaire, mais on le fait avec ma sister. Ca y est : j'ai mon chez-moi dans mon quartier préféré. C'est bruyant, mal isolé, peu lumineux, mais je m'en fiche : je suis à Barcelone, dans la ville de mon coeur, et c'est tout ce qui compte.

Right after my arrival, I have to move in quickly. Luckily, my sister has done all the visits and found the place without me (it took her 20 visits to do so, thanks to our French and not spanish nationality !). I do the paperwork quickly, but moving in with 5 stairs to climb and heavy suitcases is another matter. There it is : I have my home in my favorite neighborhood, the Born. The studio is noisy, hot and not very luminous, but I don't care : I am in Barcelona and that's all that matters.




Je commence mon stage de fin d'études. Très vite, j'ai beaucoup de choses à apprendre, des responsabilités, des projets. Je rentre épuisée, la tête qui bouillonne. Mais j'aime ce que je fais et je me sens bien. J'ouvre mon compte bancaire, je me lève à 4h du matin pour faire mon NIE... Les démarches administratives me font prendre conscience que ça pourrait être pour de bon. Pour la première fois depuis des mois, je sais que je suis au bon endroit.

I start my graduation internship. Quickly, I have a lot of things to learn, responsibilities and projects. I come home after work tired, with a bubbling head. But I love what I do and I feel good. I open my spanish bank account, I wake up at 4 am to do my NIE... The administrative paperwork make me realize this settling might be for good. For the first time in months, I feel I am at the good place.

A Barcelone, il fait vite une chaleur de bête : humide, plus de 30 degré, on sue et on étouffe. La clim devient notre meilleure amie. Les plages et les rues se remplissent de touristes. Je commence vite à râler comme une espagnole : trop de touristes !

In Barcelona, weather is VERY hot, humid : we sweat and suffocate. Air conditioning becomes our best friends. Beaches and streets fills in of tourists. I start very soon to groan like a Spanish girl : too many tourists !

Août - August


La chaleur se calme un peu avant de revenir. A mon stage, les choses s'enchaînent et s'intensifient. Toujours aussi passionnée. Je commence à me construire de nouvelles amitiés, à raviver celles que j'avais eu en Erasmus. Je reçois plein d'amies : l'occasion pour moi de visiter à fond la ville et de découvrir de nouveaux endroits. Mon espagnol remonte en flèche, tout comme ma cote de popularité auprès des étrangers !


The heat calms down a bit before coming back. At my internship, I keep up with my missions and they get harder and more complex. I still love it a lot. I start to build new friendships, and seeing again my beloved friends from my Erasmus in 2014. I welcome tons of friends that come to visit me : the occasion for me to visit Barcelona deeply and discover new places. My Spanish skills come back quickly and so does my popularity amongst strangers (boys) !


Le 17 août 2017 - The 17th of August





Je suis au travail quand je reçois un sms d'une amie journaliste "Estelle, dear, everything is ok?". Je ne comprends pas. Puis les messages affluent et le mot "attentat" sort de la bouche de mes collègues. Je rassure mes proches. Je m'informe. Je tente de comprendre mais ma tête bourdonne. Y a-t-il vraiment une voiture qui vient de foncer sur la foule dans les Ramblas et de tuer des douzaines de personnes ? Dehors, les sirènes incessantes et les hélicoptères confirment le pire. Une amie arrive ce jour-là pour voir ma soeur : au dernier moment, elle prend la sortie Arc de Triumf au lieu de Catalunya. Nous tremblons.

Ce soir-là, je sors à 21h du travail, obligée d'y rester à cause de l'incertitude et d'un barrage de policier forcé non loin pas une voiture terroriste. Les rues sont vides. Tout est fermé. J'ai mal au ventre, je suis perdue. Je ne pleure pas, mais je ne réalise pas encore. Je suis sous le choc. Ma Barcelone, ma ville chérie, blessée par des tarés. Des vies fauchées, comme ça. Enfants, parents, jeunes, grands-parents. Sur un des points centraux de la ville, l'un des plus visités. Celui où j'ai dû le plus aller. J'étais sur les ramblas le weekend d'avant. J'ai fait le même chemin que la voiture bélier. Attendu ma meilleure amie à Liceu, là où elle s'est arrêtée. A deux jours près, ça aurait pu être moi.

Je ne suis allée sur les Ramblas que quatre jours après. Je ne voulais pas remplir une curiosité morbide, je ne me sentais pas prête. Même sur place, la terreur muette m'a envahie. Je n'ai pu que marcher, silencieuse, et pleurer en tenant la main de mes amies.




I am at work when I receive a text from a journalist friend "Estelle, dear, everything is ok ?". I don't understand. Then texts flood in and the word "terrorist attack" comes out of my colleagues mouth. I comfort siblings and friends. I get informed. I try to understand but my head is heavy and buzzing. Is there really a car that just drove on the Ramblas and killed dozens of persons ? Outside, sirens and helicopters confirm the worst. A friend arrived this day to visit my sister : at last minute, she took the Arc de Triumph exit instead of the Ramblas de Catalunya. I am shaking.

This night, I come out of work at 9 pm. I was forced to stay there until this time because of a police roadblock that has been forced by one of the terrorists car nearby. Everything is closed. My stomach is aching. I don't cry, I am just lost and confused. I am under shock. My beloved Barcelona, hurt by crazy men. Broken lives. Children, parents, young adults, grands-parents. On one of the most central places of the town, the most visited one. The one where I must have been most. I was there the last weekend. I did the exact same path than the terrorist car. Waiting my best friend at Liceu, where the car stopped. By two days, it could have been me.

I went on the Ramblas only 4 days after. I didn't want to have to this morbid curiosity and go there straight after. I didn't feel ready. Even on the places of the terrorist attack, mute terror invaded me. I walked, silent and crying, holding the hands of my friends and sister.


Septembre - September



Barcelone se remet doucement de ses émotions. La chaleur est toujours présente. C'est encore l'été.
La question indépendantiste jaillit de nouveau : grèves, drapeaux, tensions. Les médias exagèrent l'ampleur du phénomène et des proches inquiétés me contactent. A part des concerts de casserole tous les soirs à 22h et une guerre des drapeaux (indépendantistes VS unionistes) aux balcons, la situation n'est pas si mal.

Barcelona is recovering slowly. Heat is still there, so as summer. The independence question stems again : strikes, flags, tensions. Media overreact and some friends and siblings get worry. Except pans concerts each night at 10 pm, and a flag war on the balconies, situation isn't that bad. 

Ma soeur est partie, et je me retrouve seule. Pour la première fois, je réalise à quel point je vis dans une grande ville. Seule au milieu de millions d'habitants. Je fais des rencontres qui n'aboutissent pas. Je peine à voir mes ami(e)s. Mais le moral est toujours là malgré tout, car Barcelone a le don de me guérir, avec ses coins cachés, ses pépites gourmandes, et ses nombreux événements culturels qui me poussent à sortir. Quand je suis seule, je sors avec ma caméra et je déambule à la recherche de coins à capturer. Je rencontre d'autres françaises à Barcelone et réalise qu'en cas de blues, j'ai toujours une communauté sur qui compter.

My sister has gone and I find myself alone. For the first time, I realize I live in a big city. Alone amongst billions of living souls. I start relationships that end quickly. I struggle to see my rare good friends. But moral is still up thanks to the city. Barcelone, with its hidden treasures, historical sites, good restaurants and tea rooms and tons of cultural events has the power to cheer me up. When I am alone, I just go out there with my camera to capture the city. I meet other French girls and realize that in case of spleen, I still have a great community to count on. 

Octobre - October



Le 1er octobre, c'est la folie. Du moins, dans les médias. Je passe la journée en famille et en évitant les zones à tension, nous ne voyons rien : pas de foule, pas d'émeutes, rien. Juste des camions blindés qui passent à toute vitesse, et les images de violence sur les votants sur les réseaux sociaux. Je suis énervée, triste et blasée. Toute cette histoire d'indépendance n'affaiblit pas mon envie de rester, mais jette une ombre sur ma possibilité de carrière. Comment cela va-t-il se finir ? Je continue de vivre au jour le jour et les choses se tassent malgré les concerts de casseroles qui continuent tous les soirs.


The 1rst of October is insane. At least in the media. I spend this day in family by avoiding tensions zones and we don't see anything : nor words, nor violence, nothing. Just police trucks that drive quickly, and violence images against the voters on the social networks. I am pissed, sad, and jaded. All this independence story doesn't weaken my envy to stay, but cast a shadow on my professional career. How all of this will end ? I keep living this case day to day, and things slow down despite the continuing pans concerts.



Les températures sont toujours au beau fixe, et je m'offre même le luxe d'une boat party. Je vis le rêve barcelonais : tee-shirt et jambes nues en octobre, sorties entre amis, déambulations caméra à la main et une tonne d'activités chaque soir et fin de semaine. Ma vie française ne me manque absolument pas, même s'il est parfois compliqué d'exprimer certaines choses en espagnol (comme lorsque j'ai dû régler des problèmes d'électricité...) Je "rencontre" l'administration espagnole et me rend compte que c'est même pire qu'en France. Me voilà ravie !


Temperatures are still high and I even have the chance to do a boat party. In October ! I live the Barcelonese dream : tee-shirt and bare legs in October, nights out with friends, walks with my camera and tons of activities at night and during the weekends. I don't miss my French life at all, even though it is sometimes hard to explain some situations in Spanish (like when I had a cut of electricity for two days and that no one came !). I 'meet' the Spanish administration and realize it is even worse than in France. So glad about that !

Novembre - November




Alors que les premières semaines sont douces, le froid s'installe brutalement vers le milieu du mois. Je ressors mes manteaux, écharpes et même gants. Je n'ose pas me plaindre : en France, le mauvais temps est là depuis octobre au moins. Malgré une rude adaptation (je n'étais plus habituée après presque 4 mois d'été !) je contemple avec ravissement l'arrivée de l'automne à Barcelone.

Je commence enfin à me créer une routine, à me projeter, à avoir un cercle d'amis : mon temps d'adaptation et d'acclimation s'efface enfin. Je voyage beaucoup les weekends (France, Valencia, Lisbonne) et Barcelone finit par me manquer. Mon chez-moi, c'est là-bas. Ici.


First weeks are still soft but cold comes in brutally by the middle of the month. I take out coats, gloves and scarves. But I don't dare to complain : in France, bad weather is there until October ! Despite a rough adaptation to cold (I had forgotten what it was after 4 months of summer !) I gladly welcome fall in Barcelona. 

I finally start to create my own routine here, to have plans, a circle of friends. My adapting time is slowly fading out. I travel a lot during the weekends (France, Valencia, Lisboa), and I miss Barcelona. My home is there. Here.



Décembre - December





Décembre ne fait que commencer, mais il s'annonce déjà prometteur. Entre nouvelles perspectives professionnelles et personnelles, mon avenir se dessine progressivement, et il se dessine ici.
Je n'avais déjà pas de doute en arrivant, j'en ai encore moins 6 mois après : Barcelone, c'est la ville où je veux vivre et rester. La différence de langue ? Je ne l'ai presque plus. La différence de culture ? Je suis baignée dedans depuis l'enfance. Les amis ? Même si mes meilleures amies ne sont pas à mes côtés et me manquent, je m'en fais chaque semaine de nouveau (amis) ici. La vie sentimentale ? Je n'ai pas été épargnée ces derniers mois, mais je me laisse le temps de vivre ce que j'ai à vivre. Car avant toute chose, mon coeur est pris par la ville. T'estimo Barcelona.


December is only starting but it is already full of promises. In between new personal and professional perspectives, my future is slowly taking shapes. And it is doing it here. I didn't doubt when I arrived, but I doubt even less after 6 months here : Barcelona is the city where I want to live and stay. The language difference ? I almost don't have it anymore. The cultural fence ? I am half Spanish and Spain always has been my second country ! Friends ? Even though my best friends don't live close, I have enough friends here not feel alone. Sentimental life ? I haven't been spared those last few months, but I let myself live what I have to live. Before anyone, my heart belongs to Barcelona. T'estimo Barcelona.



Encore un peu de lecture?

10 commentaires

  1. Waouh, je suis passée à Barcelone le temps de quelques semaines il y a qlq années et ton article me replonge la-bas... Les odeurs, les bruits, tout remonte, c'est drôle !
    https://la-parenthese-psy.com/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton commentaire Line, je suis ravie que mes mots te fassent vivre de bons moments vécus à Barça ! Belle soirée, Estelle

      Supprimer
  2. Ca me fait tout bizarre de lire cet article puisque bientôt ce sera moi et à Madrid. J'ai hâte de découvrir cette nouvelle vie, tu m'as vraiment donné envie!
    La bise,
    Pauline

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh ! Bon déménagement à Madrid alors, j'espère que tout ira bien ;)

      Supprimer
  3. Super ton article, c'est très intéressant de lire ton ressenti à travers les mois ;)
    Et d'ailleurs, je ne suis jamais venue à Barcelone en hiver, mais je vais le faire cette année ;) Des idées de sorties à me proposer ?
    Ou tu feras peut-être un article dessus ;)

    A bientôt,

    Rachel de http://plumedepivoine.com/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Rachel, merci pour ton commentaire ! :) Je vais en effet faire un article sur les idées de sorties à Barcelone, mais je peux t'en donner déjà en MP :-*

      Supprimer
  4. Intéressant et émouvant ton article ! Tu as du courage pour être partie dans un pays différent de la France, je pense que je ne pourrais absolument pas. Le seul pays où je pourrais déménager c'est l'Angleterre, car je trouve qu'il y a beaucoup plus de similitude avec la France haha.
    En tout cas très bel article :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou ! Merci pour ton commentaire ;) Moi au contraire, l'Angleterre ne me donne pas trop envie : pas fan de leur gastronomie et il fait bien trop froid et pluvieux haha !
      Bises

      Supprimer
  5. Coucou ! Je ne suis jamais aller à Barcelone mais je rêve d'y aller !! Tes photos sont au top et ça me donne encore plus envie de voyager là bas :)
    Bisous !

    mon blog : www.fconic.com

    RépondreSupprimer

Vos commentaires sont comme des petits joyaux que vous laissez derrière vous pour moi. Je les lis tous et y répond TOUJOURS, parce que sans vous, ce blog ne serait pas ! Alors merci pour votre jolie pensée ! ♡